Si je vous dis carreaux blancs, longs couloirs où l’on se croise, se bouscule sans vraiment se regarder, parfois on s’excuse mais ça reste rare, des odeurs d’urine camouflées par une senteur synthétique de « croissant chaud », le coeur qui palpite au retentissement du BIIIIIIIIIIP qui annonce la fermeture des portes,… vous me dites ??? LE METRO ! Bingo !

Pour la plupart des gens en tout cas, le métro se résume à ça … Et bien ce samedi matin le « train train quotidien » m’a fait une jolie surprise…

Normalement, je me déplace à vélo, mais cette nuit il s’est volatilisé! Incroyable n’est-ce pas? Il était là, puis POUF plus rien, comme la mère d’Alain Chabat dans “La Cité de la Peur”, mais ça, faut avoir plus de 30 ans pour comprendre…

Donc, j’ai pris le métro !

J’ai de la chance. Y’a pas énormément de monde. Je n’imagine pas non plus que je vais pouvoir m’assoir, faut pas rêver, mais après un passage au scan de tous les visages ici présents, et bien je peux même apercevoir le bout du wagon… et justement au bout du wagon… il y a CE MEC !

Evidemment la première réaction est ? De se recoiffer et de contrôler si tout est ok dans le reflet de la vitre , oui oui, que cela soit dit une bonne fois pour toutes, TOUTES LES FILLES SE MATENT DANS LA VITRE DU METRO EN PRENANT L AIR DE NE PAS LE FAIRE ! Après cette étape validée, je redirige mon regard vers LUI ! Et … putain qu’il est beau ! Mais…  c’est drôle …  …. non mais je rêve ou quoi? … non mais on dirait MARTIN, que j’ai largué en seconde pour Antoine son meilleur pote! Bon là tout de suite j’ai 1/2 seconde de culpabilité en pensant au fait que j’ai pu dans le passé être une odieuse connasse, mais surtout ça sent plus vraiment le « croissant chaud » là mon histoire… Oh ! merde , il m’a vu, hop ! Tiens je vais me regarder dans la vitre encore un peu hein, j’ai honte j’ai honte j’ai honte.

La tentation est trop forte, ma tête se tourne et BIM !

Nous voilà les yeux dans les yeux !

Il fronce les sourcils, c’est bon signe ou pas là? Merde.. Je fais quoi? Je souris ? Je tourne la tête, ah bah voilà que ma main se lève et s’agite comme une godiche, oh non mais ohhhh! On peut remettre le courant à tous les niveaux là haut s’il vous plaît? Range ta main dans ta poche Lucie, c’est bon il t’a vue ! …. Ah voilà j’ai gagné, il s’avance vers moi… Qu’est ce que je dis, qu’est ce que je dis ????

En tout cas, il est direct et courageux ! Hummm j’aime bien…

– Lucie ?

– Martin… c’est fou ça! Tu vas bien depuis tout ce temps !

– Oui ! Si longtemps…

Je souris un peu honteusement…

On a parlé comme ça jusqu’à sa station, mais il n’est pas descendu du wagon, il m’a accompagné jusqu’à la mienne, pour finalement s’installer à une terrasse et rire ensemble du passé , du présent, et j’espère du futur… Je ne me souviens plus vraiment d’Antoine, mais je l’aime bien MARTIN !

 

* Cécile Gohel nous raconte les aventures de Lucie…Lucie a 35 ans, bientôt 36, elle vit à Paris, elle n’a pas de mec, enfin plus de mecs, mais elle a découvert il y a peu de temps le plaisir solo. Elle aime danser, elle ne boit pas souvent d’alcool, elle a essayé la coke, pour voir, et déjà fait l’amour à plusieurs, pour voir aussi … Elle a beaucoup de principes, un sale caractère, de la répartie, elle aime faire rire les autres et les provoquer parfois… Elle critique souvent, probablement pour se rassurer quand sa vie lui semble merdique. Elle aimerait avoir un enfant, pour lui dire qu’elle l’aime, et que la vie est belle, malgré tout… Pour résumer, Lucie est une femme en 2016, comme plein d’autres….

Pour découvrir toutes les aventures de Lucie, cliquez ici