Auteur, rockeuse, interprète et danseuse, artiste et femme épanouie, la candidate Julia Palombe a plus d’un atout pour convaincre. Son essai « Au lit Citoyens ! » présenté comme un « Manifeste contre la société de la mal-baise » vient de paraître chez Blanche Hugo & Cie.

Dans notre société actuelle, force est de constater que le sexe est partout et nulle part à la fois. Exhibé, il s’est vulgarisé, devenant un produit comme un autre que l’on vend, à petit prix, que l’on consomme, à grande dose. Plus que jamais, le sexe se veut pornographique, rasé, immédiat et évident alors qu’il peut être mystère, libre, naturel et élégant. Le sexe est devenu virtuel et aseptisé, le sexe n’est plus réel. Et que d’hypocrisie autour de lui ! Refusons la frustration et réveillons notre sexualité, quelle qu’elle soit. Ceci est un appel aux hommes et aux femmes qui veulent s’aimer. Nous en avions le droit, c’est à présent un devoir : au nom des valeurs républicaines, il est grand temps de jouir !

Voilà ce que nous suggère la délicieuse Julia Palombe dans son essai « Au lit Citoyens ! », à travers dix commandements qu’elle nous invite à respecter et sous la confidence de bon nombre d’anecdotes personnelles. Il est pour elle urgent de rétablir la vérité sur la sexualité, de nous réconcilier avec notre désir et l’idée de plaisir, d’éveiller notre sensualité et de créer de l’érotisme. Il faut célébrer l’humain, le rassurer, lui donner confiance. Lui rappeler son existence et sa mortalité, sa chair, ses sens. L’humain est libre de jouissance. Et cela dépasse le cadre sexuel, c’est un principe de vie. Vivre est une chance, jouir en découle, alors pourquoi s’en priver ? Si les Hommes aimaient et jouissaient un peu plus, le monde, malade et fatigué, prendrait le temps de respirer…

Sous un règne du politiquement correct, qu’il est plaisant d’entendre une voix ainsi s’élever pour aborder ce sujet aussi important et aussi excitant qu’est la sexualité. Et quelle voix ! Celle d’une artiste engagée aux multiples projets, qui nous invite à la suivre dans ses folles aventures, par des articles et des vidéos. Celle qui écrit, qui chante, qui danse, qui nous séduit et qui nous touche, celle qui provoque, celle qui jouit. Le sexe, non plus pornographique mais érotique, est une forme de communication, un art de vivre, une arme politique. Tout comme Julia Palombe, nous le pensons et nous la remercions pour sa sincérité et la qualité de son apprentissage, ludique qui plus est.

« Si le sexe et la créativité sont souvent considérés par les dictateurs comme des activités subversives, c’est parce qu’ils font prendre conscience que vous possédez votre propre corps – et par là même, votre propre voix. C’est la vision la plus révolutionnaire qui soit. » Erica Jong (citée par JP, p. 34).