Hier soir je n’arrivais pas à dormir, alors j’ai zappé, jusqu’à tomber sur ce « troublant » reportage sur les … BONOBOS !

Et si on réglait, nous aussi, tous nos conflits, nos désaccords, avec le sexe ?

Il est 8h25, en retard au travail, je cours dans la rue et PAF ! Je percute de plein fouet un gentil monsieur à la chemise anciennement blanche, maintenant couverte de café !

OH je suis désolée, tellement navrée

Bah… oui mais bon, ma chemise là… elle est bousillée maintenant

Oui, je comprends, bon … Je suis plutôt missionnaire moi, et vous?

Ca m’ira…

Et là, comme ça, au croisement des grands boulevards, sous le regard bienveillant des passants, un conflit de rue qui se règle en « douceur » !

A 9h15 je suis en retard, mon boss est furieux, donc BIM ! Sur le bureau au milieu des dossiers pour se faire pardonner !

A 10h05 à la machine à café, y’a Chantal, ma collègue que je ne peux pas blairer, mais comme je suis en mode « BONOBO » aujourd’hui, elle a de la chance la « chan-chan », on va pouvoir s’arranger entre 2 portes …

A 12H38 Le serveur tarde à prendre ma commande et ça … CA! ça m’énerve! Je suis très en colère, ça va valoir au moins un « royal cuni » avec un peu de chantilly maison pour oublier cette histoire !

J’ai toujours trouvé triste de voir un couple se disputer en public. Le mec est souvent en colère et la fille … elle PLEURE !

Là, c’est un couple d’homos qui s’offre une belle crise de jalousie. Du coup, ça fait deux fois plus de pleurs ! MAIS ! Comme on est tous des BONOBOS aujourd’hui, ne l’oublions pas, et bien… ah oui… houla… ah! oushhhh… ah oui comme ça ? direct ? … mais c’est beaucoup d’entraînement pour faire ça « comme ça » non??? …

Bon bah je m’éclipse, je vous laisse les gars…

Plus tard à la caisse du Franprix de Strasbourg Saint Denis, seulement une caisse est ouverte, donc c’est long.. très long… trop long… Mais malgré cela, je remarque que les gens sont beaucoup plus calmes, ils patientent sagement. Plus loin dans la file, il y a visiblement une dame qui a dû rouler sur les pieds d’un homme avec son chariot, parce qu’ils sont en pleine levrette, mais c’est normal… ça n’étonne personne, on est des BONOBOS !

La caissière lance un appel dans son microphone :

– Sylvie est demandé en caisse pour un défaut d’étiquetage

« Sylvie » , décolleté affriolant, mascara bleu électrique, contour des lèvres marron, rouge à lèvres rose irisé, arrive comme une fleur … enfin.. synthétique la fleur hein, aux bords couverts de paillettes bleues sous un plastique frippé au bolduc fuchsia vendu à la foir’fouille…

Oui, me voilà, qu’est ce que j’ai mal fait ? ( avec un sourire vicieux)

– Ah Sylvie ! Bah tu t’es encore trompée sur un prix, à croire que tu le fais exprès hein ! Bon, je te laisse t’arranger avec monsieur en salle de repos.. mais pas deux heures hein…

A ce moment là, j’implore le dieu des BONOBOS pour que les prix de mon dentifrice et de mon gel douche soient les bons !

Arrivée à la maison, après une petite fellation en cours de route, bah oui, j’ai grillée la priorité à un autre vélo donc bon…

Je fais un bilan de cette journée et….

Moins de stress, moins d’insultes, les rues sont calmes, c’est certain, mais… c’est CREVANT d’être un BONOBO ! On donne beaucoup de sa personne, on est producteur mais bien moins productif, en bref, mieux vaut rester une bonne Parisienne, pousser deux, trois coups de gueule, lancer deux, trois  » connards » à qui de droit, et à la rigueur, on se fait une soirée BONOBO par mois, histoire d’adoucir les moeurs, mais si on peut s’éviter le « punk à chien » du coin de la rue, hein, ce serait pas mal !

Au cas où vous n’avez pas aimé ce billet, ne vous fâchez pas, je vous fais un bisou de BONOBO sur vos petits culs de babouins pour me faire pardonner…

 

* Cécile Gohel nous raconte les aventures de Lucie…Lucie a 35 ans, bientôt 36, elle vit à Paris, elle n’a pas de mec, enfin plus de mecs, mais elle a découvert il y a peu de temps le plaisir solo. Elle aime danser, elle ne boit pas souvent d’alcool, elle a essayé la coke, pour voir, et déjà fait l’amour à plusieurs, pour voir aussi … Elle a beaucoup de principes, un sale caractère, de la répartie, elle aime faire rire les autres et les provoquer parfois… Elle critique souvent, probablement pour se rassurer quand sa vie lui semble merdique. Elle aimerait avoir un enfant, pour lui dire qu’elle l’aime, et que la vie est belle, malgré tout… Pour résumer, Lucie est une femme en 2016, comme plein d’autres….

Pour découvrir toutes les aventures de Lucie, cliquez ici