A l’ex-amour de toutes les vies*

C’est difficile, je sais.

Tu n’as plus de repères. Tu ne comprends pas. Comment ai-je pu te quitter ? Toi qui était si parfait, qui m’a tout donné, tout cédé, tout pardonné ? Toi qui par la force de ton regard rempli d’amour, me faisait briller, me sublimait, me rendait unique ?

Tu te demandes si je pense trouver mieux ailleurs.

La réponse est oui. Sinon, je ne serais pas partie.

Cette tragédie s’abat sur toi comme une guillotine, un couperet, un point à la fin d’une phrase.

Et pendant que ton ego saigne à en perdre la vie, ta colère, ta frustration montent, montent, montent…

Un cœur brisé ça fait mal, très mal, si mal que je milite en première ligne pour qu’il soit officiellement reconnu, comme maladie par la sécu.

Mais attention. La souffrance ne justifie et n’excuse pas cet acte de folie contre lequel je te mets ici en garde. Ta souffrance n’excusera jamais celle que tu infliges. A moi, à qui que ce soit.

Alors ne t’imagine pas que me détruire, me trahir, me dévoiler aux yeux du monde, t’apportera cette sérénité et cette quiétude que tu cherches maladroitement, puérilement, désespérément. La réponse est ailleurs.

Ne te fais pas d’idée. Me jeter en pâture aux loups afin qu’ils se nourrissent de ma chair, ma chair qui aura ce goût si particulier d’avoir été volée et violée, ne fera pas renaître l’ascendance que tu t’imaginais avoir sur moi.

Ne te méprend pas : je n’ai jamais été à toi, je n’ai été qu’avec toi.

J’ai placé entre tes mains une part de moi-même. Je t’ai laissé me voir, me toucher, je t’ai donné ma confiance, je t’ai livré mon corps et mon âme, volontiers et les yeux fermés, aveuglée par l’extase de l’amour.

Ne te joue pas de moi, ni de ce qu’il reste de nous ; ils créeront un Enfer, rien que pour toi.

Ne m’écrase pas, ne me viole pas. Je suis restée la même, je ne suis simplement plus avec toi.

Prend de la hauteur, ne vit plus à travers les autres, comme tu as vécu à travers moi.

Les histoires d’amours se terminent, c’est comme ça. On se fait mal, on se déchire. Ou pas. L’un part, l’autre reste. On évolue. Pas toujours dans le même sens, c’est tout.

Alors apaise-toi, pense les plaies de cet égo fragile ; tu n’y es pour rien, ce n’est juste pas toi.

Résiste à ta haine. Sois grand, Sois un homme.

Car je te mets en garde de plus belle. La loi** a choisi son camp, tu seras un criminel.

* Dans la mesure où 90% des victimes sont des femmes, et par soucis de fluidité, l’ex-amour de toutes les vies sera ici un homme.

** Loi sur le numérique La diffusion sur internet de contenus sexuellement explicites sans le consentement de celui ou celle qui y figure pourrait devenir passible d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende.

… Lire la suite

« FINI DE JOUER », le revenge porn sera (lourdement) sanctionné.